Migravit

La privación de la sepultura eclesiástica

Vivas, Mathew (2011). «La mise en scène de lòutrage Dans la mort à travers l’étude de La privation de Sepultura ecclesiastica et des sépultures atypiques (XI-XIV siècles)» en L. Bodiou, V. Mehl y M. Soria, Corps Outragés, Corps Ravagés  de l’Antiquité au Moyan Age, p. 371-382.

En línea:

Abstract:

Les ravages corporels et leurs représentations, signes d’outrage aux corps, forment un trait d’union trop souvent négligé entre l’Antiquité et le Moyen Âge. À avoir opposé des civilisations anciennes marquées par un certain « culte de corps » à des sociétés médiévales méprisant la chair, on en aurait presque oublié que le corps y voyage à travers les savoirs, de l’histoire à la littérature, de la science au droit, de la biologie à la théologie et la philosophie. Aussi les sources nous invitent-elles à regarder au-delà des frontières historiques et culturelles qui séparent l’Antiquité et le Moyen Âge. De la plus haute Antiquité au Moyen Âge tardif, chaque outrage au corps physique est lourd de sens: faisant écho dans le corps social, il renvoie aux normes et aux assises de l’ordre politique, affirmant une morale, des valeurs et des croyances qui cimentent les corps constitués dont l’individu n’est qu’une partie. La signification des outrages aux corps diverge suivant la personnalité ou la fonction de celui qui brutalise, comme de celui qui est maltraité. Elle est aussi tributaire du système de représentation du temps et du lieu, du contexte et de l’univers culturel dans lesquels ils s’inscrivent. L’objet de cet ouvrage collectif est de comprendre comment les sociétés antiques et médiévales représentent le modelage du corps humain, à la fois au plan social, mental, politique et religieux, dans l’intention de façonner des individus adaptés à des environnements propres. Il s’agit de saisir comment les outrages et les ravages infligés aux corps physiques et symboliques offrent des clés de compréhension générale de la société qui voit le corps vivre et mourir.

Dejar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.